Ambassade de Belgique en République Tchèque

La Belgique en République Tchèque

Bienvenue sur notre site web !
 

Actualités locales

 

*Passenger Locator Form*

À partir du 1er août, les personnes qui reviennent ou qui se rendent en Belgique depuis l'étranger doivent remplir un formulaire d'identification (« Passenger Locator Form »). Vous trouverez plus d'informations sur le formulaire ici. Vous pouvez remplir le formulaire ici.

Modification de l’accessibilité du guichet

Le guichet consulaire est actuellement accessible sur rendez-vous. Ce rendez-vous peut être demandé par téléphone ou par e-mail.

Tél. : +420 257 533 525/524

Email: prague@diplobel.fed.be

 

Conseils de voyage

Coronavirus COVID-19

1. Depuis le 15 juin, voyager de la Belgique vers les pays de l'Union européenne, le Royaume-Uni, la Suisse, le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège est de nouveau autorisé. Qu’il soit également possible d’entrer dans un autre pays dépend du consentement de votre pays de destination. Il est donc très important de vérifier les conseils aux voyageurs par pays afin de connaître la situation dans le pays de destination. Les voyages non essentiels en dehors de l'Union européenne, le Royaume-Uni, la Suisse, le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège restent interdits jusqu’à nouvel ordre.

​2. La quarantaine au retour en Belgique n’est pas obligatoire pour les voyageurs qui se déplacent à l’intérieur des frontières de l’UE, au Royaume-Uni, la Suisse, le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège. Notez que l’auto-quarantaine en Belgique reste obligatoire pour les voyageurs qui (re)viennent d'en dehors de cette région, sauf s'il s'agit d'un voyage essentiel.

3. Les voyageurs doivent savoir que de nouveaux foyers de Covid à l'étranger peuvent affecter considérablement leur voyage et que le rapatriement ne peut être garanti si les vols commerciaux sont supprimés ou les frontières fermées.

 

Il est possible de voyager en République tchèque depuis la Belgique.

 Conditions de sécurité

Voyager en République tchèque ne présente pas en soi de risque particulier. Pour ce qui concerne la pandémie de Covid-19, on constate que ce pays est relativement peu touché, avec 337 décès seulement (au 23 juin). 

Franchissement des frontières

Dans le cadre de sa lutte contre la pandémie de Covid-19, le gouvernement tchèque a imposé une série de restrictions à l’accès au territoire du pays, qui sont levées progressivement. Ces restrictions sont actuellement les suivantes.

Entrée dans le pays

Le gouvernement tchèque autorise depuis le 15 juin l’accès à son territoire sur la base d’un classement des pays de l’UE et de l’Espace Schengen en trois catégories :

  • pays vert = pays sûr ;
  • pays orange = pays à risque d’infection moyen ;
  • pays rouge = pays à risque d’infection élevé.

Ce classement est revu chaque semaine en fonction de l’évolution de la situation dans ces pays. D’après la révision du 22 juin, les citoyens des pays de l’UE et de l’espace Schengen, et les étrangers ayant le statut de résident de longue durée dans ces pays, peuvent entrer en Tchéquie aux conditions suivantes :

  • s’ils viennent de l’un des Etats de la « zone orange » (Royaume-Uni) ou de la « zone rouge » (Portugal, Suède, Silésie polonaise): ils doivent:
    • se munir d’un test négatif au Covid-19 ou accepter de subir une quarantaine,
    • et se munir de documents attestant qu’ils se rendent en République tchèque pour des raisons professionnelles, pour suivre une formation supérieure ou à des fins de réunification familiale; (les informations complètes à ce sujet: se trouvent dans le document « Conditions for foreign nationals newly coming into the territory of the Czech Republic, thus for those who previously did not reside in the Czech territory »; accessible sur le site Internet du Ministère tchèque de l’Intérieur
  • s’ils viennent de l’un des Etats de la « zone verte » (tous les autres pays de l’UE et de la zone Schengen, dont la Belgique) : ils n’auront pas à justifier les raisons de leur voyage, ni à présenter un test négatif au Covid-19 ou à subir une quarantaine.

Les citoyens tchèques et les personnes résidant de manière régulière en Tchéquie, pour leur part, seront soumis aux conditions suivantes pour pouvoir revenir en Tchéquie :

  • s’ils reviennent d’un pays classé « vert » ou « orange » : ils ne seront soumis à aucune restriction à leur retour ;
  • s’ils reviennent d’un pays classé « rouge » : ils devront disposer d’un test au Covid-19 négatif pour avoir le droit de séjourner sur le territoire tchèque.

Des règles spécifiques s'appliquent aux transporteurs routiers, aux travailleurs frontaliers, aux personnes employées dans les « infrastructures critiques » du pays, aux membres des services de sécurité et de santé, aux agriculteurs et exploitants forestiers, etc.

Pour connaître plus précisément les règles à respecter pour pouvoir entrer sur le territoire tchèque, il est nécessaire de consulter le site Internet du Ministère tchèque de l’Intérieur (voir le premier lien communiqué sous « Ressources en ligne », ci-dessous).

Sortie du pays

Les personnes non-tchèques qui ne disposent pas d’un permis de séjour dans le pays (c’est typiquement le cas des touristes et des étudiants) peuvent rester dans le pays, mais elles peuvent également le quitter.

Les personnes non-tchèques qui sont titulaires d’un permis de séjour permanent ou temporaire dans le pays peuvent le quitter sans avoir à se justifier. Pour y revenir, elles auront à remplir les conditions mentionnées ci-dessus.

Moyens de déplacement

  • Par route : Le franchissement de la frontière tchèque en voiture particulière est autorisé pour toute personne remplissant les conditions requises. Le franchissement des frontières germano-tchèque, austro-tchèque et tchéco-slovaque est possible à tous les points de passage d’une certaine importance 24h/24 et 7j/7. Le franchissement de la frontière tchéco-polonaise, pour sa part, est limité à certains points de passage, dont l’ouverture peut être soumise à un horaire (liste des points de passage accessible via ce lien: https://www.mvcr.cz/mvcren/article/temporary-reintroduction-of-border-co...
  • Par train : Les points de passage ferroviaires de la frontière tchèque ont été rouverts le 26 mai, mais le trafic ferroviaire international ne reprend que petit à petit.
  • Par avion : L’aéroport Vaclav Havel de Prague est resté ouvert depuis le début de la crise du Covid-19, et les aéroports régionaux de Brno, Ostrava, Karlovy Vary et Pardubice ont rouvert le 26 mai. Les vols avec la Belgique ont en partie repris.

Mesures en matière d’hygiène

Les mesure d’hygiène imposées par le gouvernement tchèque sont levées progressivement. la principale mesure encore d’application, jusqu’au premier juillet, est le port du masque dans les transports en commun et les lieux publics en intérieur (sauf les consommateurs des restaurants et cafés) ;

Pour connaître plus précisément les règles à respecter en matière d’hygiène sur le territoire tchèque, il est nécessaire de consulter le site Internet du Ministère tchèque de la Santé (voir le deuxième lien communiqué sous « ressources en ligne » ci-dessous).

Ressources en ligne

La carte des pays colorés suivant leur classement est accessible via le lien : https://koronavirus.mzcr.cz/en/traffic-lights-the-risk-of-covid-19-contagion-remains-low-in-most-european-countries-the-situation-in-belgium-has-improved (en tchèque).

Pour une information détaillée sur les conditions d’accès au territoire tchèque, voir sur le site Internet du Ministère tchèque de l’Intérieur : https://www.mvcr.cz/mvcren/article/coronavirus-information-of-moi.aspx (en anglais/tchèque)les documents:

  • Conditions for entry (return) for persons already in the territory of the Czech Republic
  • Conditions for foreign nationals newly coming into the territory of the Czech Republic, thus for those who previously did not reside in the Czech territory

Pour une information détaillée sur les mesures d’hygiène appliquées sur le territoire tchèque :

https://koronavirus.mzcr.cz/en/roadmap-for-easing-measures/ (en anglais/tchèque)

Afin de mieux organiser l'assistance consulaire, nous vous conseillons également d'enregistrer votre voyage via https://travellersonline.diplomatie.be/Culture/Selection?returnUrl=%2f

Actualités

09 aoû

En coopération avec l'ONU, le président français Macron organise cet après-midi une conférence des donateurs pour le Liban. Le ministre des affaires étrangères et de la défense, Philippe Goffin, représentera notre pays. Le Président Trump et le Roi Abdullah II ont déjà confirmé leur participation. Le vice-premier ministre et ministre de la coopération au développement, Alexander De Croo, a déjà débloqué 5 millions d'aide humanitaire supplémentaire.

08 aoû

Le Ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Philippe Goffin, vient d’annoncer qu’un avion de transport C130 de la Défense s’envolera ce soir à 20h depuis Melsbroek à destination de Beyrouth avec à son bord du matériel médical urgent et humanitaire en faveur des victimes de l’énorme explosion. Les ravages sont considérables et, outre les morts et les blessés, de nombreuses personnes se retrouvent sans toit. Afin de les secourir, des équipements d’accueil seront également acheminés.

17 juil

Le monde de la diplomatie multilatérale et de la justice internationale, dont fait partie la Cour pénale internationale, traverse une crise profonde et doit faire face à des menaces ou des actions hostiles. La pertinence d’institutions multilatérales est mise en question et le repli d’Etats sur eux-mêmes n’est guère encourageant.

12 juil

Le Ministre des Affaires étrangères et de la Défense Philippe Goffin accueille le compromis trouvé par les membres du Conseil de sécurité des Nations unies, qui prolonge le mécanisme « cross-border » visant à apporter une assistance humanitaire au peuple syrien pour 12 mois via le point frontière de Bab al-Hawa. Toutefois, les possibilités d’apporter de l’aide humanitaire via Bab al-Salam doivent être améliorées.

11 juil

Ce 11 juillet 2020 marque les 25 ans du début du génocide de Srebrenica. C’est en effet le 11 juillet 1995 que la ville de Srebrenica est tombée dans les mains des forces bosno-serbes dirigées par le général Ratko Mladic. Dans les jours qui ont suivi, celles-ci ont enlevé et assassiné, en moins d’une semaine, plus de 8000 personnes, principalement des hommes et des adolescents, simplement parce qu’ils étaient bosniaques.